PERCEPTION

  • Confrence de presse
  • Confrence de presse

PERCEPTION ! PAR ISIDORE KOFFI

Révélé au grand public il y a six ans par l’exposition «Maitre de Demain», réalisée avec le concours de la Caisse d’Epargne de Côte d’Ivoire. Et adoubé en 2014 par le succès de sa première exposition solo «No Comment», au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan. Le peintre Isidore Koffi diplômé de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts d’Abidjan revient sur les cimaises de la galerie Houkami Guyzagn pour sa deuxième exposition personnelle intitulée «Perception».

Tout comme « No Comment », cette série d’une trentaine de tableaux reflète les évidentes conséquences d’une Afrique au prise avec ses vagues d’urbanisation galopante. Avec ses transformations structurelles très peu maitrisées. Ainsi, si les pièces constitutives de l’exposition No Comment s’attardaient sur la précarité et l’anarchie qui règnent dans la périphérie de ces grandes agglomérations. Peu respectueuses de l’environnement, avec ces habitats déstructurés. Et ses installations électriques et d’adduction d’eau Anarchiques.

L’exposition Perception, quant à elle jette un regard sur l’activité économique des habitants des périphéries de ces grandes agglomérations. Dont les activités sont pour la plupart du temps issus d’initiatives individuelles. Ou d’emplois opportunistes qui voient le jour autour d’une gare, d’un marché, ou d’un chantier en construction. Tels que les apprentis Gbaka, les Taxi moto, Aboki Café ou vendeur de café, Petit colporteurs, et d’autres petit métiers réinventés qui gravitent autour de ce système de production de la ville par le bas.

Une approche qui fait de cette production récente Perception, en rapport avec la précédente «No Comment », les deux faces d’une même pièce.

 Des faits qu’il met en scène par un traitement proche à sa technique de tachiste. Par la dissolution de la matière éparpillée en plusieurs éclats colorés qui nécessite au regardeur une acuité accrue et une distance par rapport à l’œuvre pour discerner la scène peinte. Son sérieux et son engagement pour une carrière d’artiste présage un avenir certain d’un peintre majeur dans l’univers de la peinture de Côte d’Ivoire.

 

Mimi Errol