0

Photographie - Premières cimaises

Accueil / Photographie - Premières cimaises
Loading Events
event-4

Photographie - Premières cimaises

Clic-clac : les enfants nous regardent !
Galerie Houkami Guyzagn
Jeudi 10 Août 2017 à 18:30:00 - Samedi 26 Août 2017 à 18:30:00
Gratuit

Graphiste-designer dans la communication publicitaire, ce diplômé des Beaux-Arts d’Abidjan qu’est Jean Ulrich Mamphayssou ne porte que trop bien son nom.

La galerie Houkami Guyzagn abrite jusqu’au 2 août, une exposition photographique d’un de ses lauréats sectoriels du Prix Guy Nairay. En 25 clichés campés par des mômes de villes et villages ivoiriens posant face à l’objectif de l’artiste Jean Ulrich Mamphayssou, l’exposition qui sera vernie ce jeudi 10 août, en début de soirée à la galerie Houkami Guyzagn d’Abidjan, porte, à l’envi, son intitulé : « Les enfants, dans leurs yeux, le monde ! ». Une exposition organisée dans le droit fil du concours annuel, Guyzagn doté du Grand-Prix Guy Nairay consacrant le meilleur talent émergent de Côte d’Ivoire et de la sous-région ouest-africaine, et destinée à offrir leurs « Premières cimaises » aux deux autres lauréats sectoriels des trois disciplines (peinture, sculpture, photographie), indépendamment du super-prix qui a droit, entre autres lots, à une grande exposition. Et ce, en accord parfait avec le mécénat de bon aloi de la Fondation Orange Côte d’Ivoire, partenaire historique du Prix Guy Nairay. Essence et sens de la vie Inaugurant donc, officiellement, ces « Premières cimaises », Jean Ulrich Mamphayssou, Prix sectoriel Bene Hoane de la photographie des Guyzagn 2016, laisse le regard du visiteur s’émouvoir tout en interrogeant et s’interrogeant sur l’objectivité que l’homme peut avoir de son environnement à l’aune des vicissitudes de l’existence. Celles-ci qui semblent influencer et déformer notre regard peuvent-elles, dans la balance de la vérité esthétique et ontologique, faire le poids face à l’expression puérile, ingénue, candide mais ô combien sincère, des 25 photographies exposées ? Une incursion à la Galerie Houkami Guyzagn, sise à la Riviera Bonoumin dans la commune de Ccody à Abidjan, incline, à coup sûr, à une introspection sir l’essence et le sens des choses, des êtres, des faits et gestes. Des pièces telles que « Allégresse » ou « Le trône » vont même jusqu’à penser que les querelles pour la quête de pouvoir (politique) ne sont qu’une grande comédie, un jeu de rôles. Pas plus. La vérité des choses et la vérité des sentiments semblent, à ce sas, ne pas pouvoir franchir celle de « Les enfants, dans leurs yeux, le monde ! ». L’exposition restera ouverte au public du lundi au samedi de 9 heures à 19 h jusqu’au 26 août pour que chacun fasse, à tout le moins, son autocritique esthétique. Graphiste-designer dans la communication publicitaire, ce diplômé des Beaux-Arts d’Abidjan qu’est Jean Ulrich Mamphayssou ne porte que trop bien son nom. Signifiant dans le groupe linguistique akan « Ce ne fut pas facile », cette sorte de profession de foi à caractère proverbiale se laisse inviter dans son amour pour la photographie qu’il nourrit depuis le collège. Et comme pour se soustraire à la vie embuée par la course au paraitre et au amasser des biens, il trouve dans la posture des enfants campant devant son objectif les attitudes des adultes, toute la tragicomédie de notre vie mise à nu. La photographie, l’art visuel à…voir ? C’est donc une galerie de portraits, anonymes, dans un environnement dénué d’apparats dans lequel sont incrustés des symboles d’ostentation, avec comme acteurs, des enfants enjoués, que l’artiste (dé) montre que le portrait n'est pas seulement affaire de technique photo ; c'est avant tout le contact avec le modèle qui est important. En effet, on se rend à l’évidence avec Mamphayssou que, que l'on prenne des photos naturelles, de type reportage ou des photos posées en studio, le but est de parvenir à capter un instant, un geste, une expression, qui sont souvent très fugaces ! Le plus important est donc d'être prêt au niveau technique (faire ses réglages à l'avance), afin d'être le plus investi et concentré sur la dimension humaine. Sûrement influencé par le monde de la publicité dans lequel il baigne, l’artiste opte pour support de l’exposition de ses 25 clichés en noir et blanc, l’Alucobond. Qui est un panneau composite constitué de deux tôles de parement aluminium et d'un noyau en plastique, employé surtout pour les enseignes, la signalétique intérieure ou extérieure (panneau publicitaire, plan d'évacuation, consignes de sécurités, sorties de secours...), les plaques professionnelles, les tableaux et la reproduction photo... Les excellentes qualités du produit encouragent l'inspiration et permettent aux constructeurs et designers des solutions innovatrices. Et, en tout état de cause, faire de la photographie ce n’est pas non plus se contenter de laisser les images sur l’ordinateur ou sur un site web. La photographie est un art visuel. Et les images ont ainsi besoin d’être vues, exposées et présentées aux autres. REMI COULIBALY

Détails

Début : Jeudi 10 Août 2017
à 18:30:00
Fin : Samedi 26 Août 2017
à 21:30:00
Catégorie : Exposition


Lieu

Galerie Houkami Guyzagn


Organisateur

Houkami Guyzagn

Quelques temps forts de l'évènement