Serge Goss offre au public abidjanais un panorama en deux actes de son activit picturale de ces dix dernires annes

Couverture Article
Serge Goss face la presse le 18 Janvier la Galerie Houkami

Pour sa toute première exposition personnelle, Serge Gossé né en 1977 à Gagnoa offre au public abidjanais un panorama en deux actes de son activité picturale de ces dix dernières années. Avec au centre de sa démarche artistique la Femme et son univers ambivalents. Tantôt la muse, tantôt victime résignée face à la violence devant laquelle elle doit faire face.

 

Si le premier acte de cette collection présente une perception plus proche de la femme muse des poètes, déifiée par des civilisations anciennes, vierge élevée au rang d’icone, donneuse de vie, pilier essentiel de la famille.

Le second, lui présente une aperception plus intuitive de la condition féminine. Ceci, quand il aborde le sujet plus délicat des stéréotypes sexistes. Notamment la violence à l’égard des femmes à travers les âges. Un fait, qui malheureusement n’est pas l’apanage d’un pays ou d’une culture en particulier. Mutilation génitale, mariage forcé,  viol et inégalités de tous genres. Des épreuves toutes aussi douloureuses les unes que les autres, qu’elle supporte avec dignité dans le monde entier.

 

Cette juxtaposition imagée de l’univers ambivalent de la procréatrice, née d’une côte d’Homme, devient pour l’artiste, un prétexte pour exprimer à la fois tout son talent de portraitiste et de coloriste.

En effet, dans la première partie des œuvres de cette série caractérisée par un style figuratif. Son modèle favori, s’exprime au gré de son inspiration. Dans des scènes de plein air, avec une subordination de la perspective linéaire, par la saturation du fond du tableau. Ce qui a pour effet de ramener inexorablement le regard au premier plan de la scène.

Là où trônent ces véritables portraits de plein air. Dans des postures et attitudes qui illustrent sa place de premier plan au sein de la communauté humaine.

 

Dans le second acte de cette collection, qui fait allusion à l’incompréhensible violence faites aux femmes dans tout le monde  entier. L’image altérée de douleur de la muse s’estompe progressivement dans un éventail impressionnant de couleur. Jusqu’à se fondre dans la vague émotionnelle pour communiquer ses sentiments difficile à décrire par de simples images. Serge Gossé diplômé de l’Ecole Nationale Supérieur des Beaux-arts d’Abidjan est lauréat du prix Michel Kodjo de la peinture du concours national des arts plastiques de Côte d’Ivoire dénommé des Guyzagn.

 

Mimi Errol

 

 

Exposition du 25 Janvier au 11 Février 2018

Lieu : Galerie Houkami Guyzagn.