0

Historique | L’Ivoirien Ouattara WATTS, premier artiste d’origine Africaine, dans la collection du prestigieux Musée d’Art Contemporain de New York - MoMA

Accuiel / Article / Historique | L’Ivoirien Ouattara WATTS, premier artiste d’origine Africaine, dans la collection du prestigieux Musée d’Art Contemporain de New York - MoMA
Historique | L’Ivoirien Ouattara WATTS, premier artiste d’origine Africaine, dans la collection du prestigieux Musée d’Art Contemporain de New York - MoMA

Historique | L’Ivoirien Ouattara WATTS, premier artiste d’origine Africaine, dans la collection du prestigieux Musée d’Art Contemporain de New York - MoMA

Inédit. L’artiste peintre Ivoirien, Ouattara WATTS, a fait sa rentrée au Musée d’Art Moderne de New York, aux USA. Plus connu sous l’acronyme MoMA (Museum of Modern Art), ce musée, l’un des plus importants et influents dans le monde, a acquis – pour sa riche collection, le peintre d’origine Ivoirien Ouattara WATTS.

Apprenant, depuis Abidjan, la joyeuse nouvelle, Auguste Errol MIMI, critique d’art et ami de longue date de WATTS en a eu les larmes aux yeux. « J’ai pleuré », a-t-il traduit sa joie.

Ouattara WATTS, au MoMA, « c’est la consécration d’une carrière », a confié à FARAFINET Auguste Errol MIMI.
Le peintre ivoirien devient, pour l’heure, aux côtés de son ami Jean-Michel BASQUIAT, Picasso, Dali, Andy Warrol, Van Gogh, Matisse... « le seul artiste-peintre africain » sur près de 200.000 œuvres d’arts moderne et contemporain [chiffre évolutif] que collectionne le MoMa.

« C’est historique. C’est inédit « , soutient le critique d’art. « Pour moi, Africain, traduit-il son émotion, je vois cela comme quand Obama rentre à la Maison Blanche ».

Sur le parcours, « c’est quarante ans de pleurs et de frustration », se rappelle Mimi, au début des années 80, à Paris, la seule exposition de groupe de Ouattara à la Galerie Georges LAVROV, dans le Marais. Dans ce Paris des années 80, « WATTS était à la marge. Aux yeux de beaucoup, il n’irait pas loin », pourtant, raconte Mimi, « ça sautait aux yeux que Watts était particulier. Mais, eux ils ne le voyait pas ».

Un regard que viendra changer Jean-Michel Basquiat, séduit par un « artiste extraordinaire » (WATTS) qu’il rencontre à Paris en janvier 1988, et qu’il convainc de le rejoindre aux Etats-Unis. Et, comme une « force surnaturelle » qui va habiter Ouattara, il se (re)mit à peindre.

Début de l’aventure américaine…

Né en 1957 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, Ouattara WATTS vit et travaille à New-York, aux États-Unis où il a exposé dans les musées et galeries de renoms et les grandes biennales dans le monde. A savoir la documenta de Kassel – Allemagne (Réf. «Documenta II Platform 5», Hatje Cantz, catalogue), Biennale de Venise (Italie), Biennale de Whitney (USA), etc. (Voir CV).

Sans aucun doute, le peintre ivoirien dont « la Côte d’Ivoire peut être fière », « a battu tous les records », se félicite le critique Mimi. « C’est le seul, affirme-t-il, qui a porté jusqu’au sommet sa génération ».

Déjà en février 2002, au MoMA, Ouattara WATTS y exposait à l’initiative de P.S.1 Contemporary Art Center qui présentait « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945–1994 ». Une « exposition historique », cite le MoMA, qui a permis de parcourir avec une vingtaine de pays africains représentés, la culture africaine à travers l’art, le cinéma, la photographie, l’architecture, la musique, la littérature, le théâtre, etc.
Christian Lattier, Frédéric Bruly Bouabré et Ouattara WATTS y ont représenté la Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, Ouattara WATTS figure dans plusieurs collections, en Afrique [en Côte d’Ivoire; Fondacao Sindika Dokolo Luanda, Angola; The Hess Art Collection – Afrique du Sud], en France (Fondation Antoine de Galbert et Fondation Dapper) et majoritairement sur le continent américain.

Pour la première fois qu’il a exposé en Côte d’Ivoire, Ouattara Watts marque de façon remarquée son retour sur sa terre d’origine. Une première exposition intitulée ‘’Get Ready’’ (19 novembre – 31 décembre 2018) à la Rotonde des Arts contemporains et la seconde, « Ouattara Watts, Before looking at this work, listen to it », à la Galerie Cécile Fakhoury (23 novembre 2018 – 26 Janvier 2019). «Ceux qui vivent sous l’ère Watts, sont en train de vivre une œuvre majeur», confiait à l’époque Auguste Errol Mimi. La même année, dans « L’Esprit du large chapitre II », Cécile Fakhoury, l’exposera en groupe.

Depuis Mars 2020, Ouattara Watts est exposé au Musée des Cultures contemporaines Adama Toungara d’Abobo (Côte d’Ivoire), dans le cadre de l’exposition itinérante panafricaine « Prête-moi ton rêve ». Représenté par la Galerie Cécile Fakhoury à Abidjan, Ouattara WATTS est exposé, depuis le 2 décembre, à la 5è édition de la foire Art X Lagos, au Nigeria (2 au 9 décembre 2020).

MoMA – « Le MoMA fait partie des musées d’art moderne les plus importants et les plus influents dans le monde. La collection du MoMA offre un aperçu de l’art moderne et contemporain, principalement européen et américain ; elle comprend des dessins, peintures, estampes, sculptures, photographies, des œuvres d’architecture et de design, des livres illustrés et livres d’artistes, des films et des médias électroniques », source Wikipédia.

Koné SAYDOO

Lire la suite . . .