0

Résidence à L'Autre Rive | Amakan, images désincarnées et expressives

Accuiel / Article / Résidence à L'Autre Rive | Amakan, images désincarnées et expressives
Résidence à L'Autre Rive |  Amakan, images désincarnées et expressives

Résidence à L'Autre Rive | Amakan, images désincarnées et expressives

Amani Aka Ange dit Amakan est un peintre ivoirien né en 1979 à Touba Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire. Formé au Centre Technique des Arts Appliqués (CTA) de Bingerville, puis au Centre Régional des Arts et des métiers de l’Art d’Abengourou (CRAMA), Il a participé à des expositions en Côte d’Ivoire, en Norvège, en Suisse au Burkina, au Sénégal et en Guinée.
Bien qu’il ne soit qu’à l’entame d’une véritable carrière de peintre, les différentes séries de toiles produites à ce jour par lui donnent les signes évidents d’un travail inspiré d’une expérience vraie des choses de ce monde et de leur aperception. Seul un fait majeur de sa vie d’homme peut expliquer cette aisance qu’a Amakan de produire des images désincarnées et expressives. Une enfance maladive qui le rendait spectateur des jeux auxquels s’adonnaient les bambins de son âge. A savoir une débauche, sans économie d’énergie. Plutôt que d’abdiquer devant ce corps physique inapte à l’exercice, il trouve au seuil de cette impuissance physique d’autres ressources de l’être humain pour exprimer son désir d’être comme tous les mômes de son âge. A savoir les ressources de l’âme et l’esprit.

Et comme le fait remarquer Socrate, sans le corps, l’âme résonne mieux que jamais. Elle peut de ce fait atteindre la vérité dès lors qu’elle n’est plus troublée ni par l’ouïe, ni par la vue, ni par le plaisir. Ainsi dans une toute première série d’une vingtaine de tableaux qu’il a intitulé « Imploration », il y a une dizaine d’années, il introduisait dans une des pièces maîtresses des textes qui dénoncent des faits historiques tels que l’esclavage, le racisme et affirme par la même son désir de liberté.

Dans le prolongement de cette thématique, traumatisé par l’effroyable guerre postélectorale en Côte d’Ivoire, il peint un ensemble de pièces qui ont fait l’objet d’une exposition collective intitulée « Entre Chaos et Sérénité ». Une série digne des grands maitres tachistes, de l’action painting et de la peinture gestuelle tels: Pollock, Willem De Kooning, et Hartung dominé par des coulures de rouge et de noir reflet de cette période de violence. Pour dire ce moment de régression où une vie humaine n’avait aucune valeur.

Passé ces jours inquiétants, Amakan revient sur les cimaises à travers une série qui a fait l’objet de sa première exposition personnelle, « Exaltation ». Ceci, pour rendre gloire à son seigneur de l’avoir épargné de la maladie qui l’a laissé alité toute une bonne période de sa vie. Et aussi de l’avoir préservé de la folie meurtrière qui s’est emparée de la Côte d’Ivoire, lors de cette fameuse crise Postélectorale qu’a connue la Côte d’Ivoire en 2011. Exaltation, contrairement aux pièces à la série entre Chaos et Sérénité, présente des couleurs plus lumineuses, dominées par le jaune et le bleu.
Aujourd’hui comme pour entamer un nouvel envol dans sa quête d’idéal, il entame à travers cette rencontre entre artistes, ce périple intérieur qui semble s’apparenter à un voyage initiatique.

«Et comment j’y arrive? Pour moi, ce sont les préalables. Dans mes œuvres vous verrez, ces différentes étapes autour des préparatifs. Qu’elles soient psychologiques, morales et spirituelles avant le voyage». Amakan vit et travaille à Abidjan.
Mimi Errol