0

« Le Voyageur » du Peintre Amakan Bientôt à la Galerie Houkami

Accuiel / Article / « Le Voyageur » du Peintre Amakan Bientôt à la Galerie Houkami
« Le Voyageur » du Peintre Amakan Bientôt à la Galerie Houkami

« Le Voyageur » du Peintre Amakan Bientôt à la Galerie Houkami

En août prochain, Amani Aka Ange dit Amakan, né en 1979 à Touba (Côte d’Ivoire), présentera à la Galerie Houkami Guyzagn sa toute dernière collection. Ceci lors d’une exposition individuelle. Ici, il nous donne un aperçu de sa thématique. Et pose un regard sur l’engouement que suscitent les artistes du continent à Londres, Paris et autres grandes capitales du monde ces dernières années.

En ce qui concerne cette exposition personnelle, il faut dire que j'ai développé des sensations intérieures marquées par la douleur. J'évoque également des thèmes religieux, car j'ai pu développer une force spirituelle. Ce qui transparait dans mes couleurs. Je fais un feedback sur la vie parce que l'homme, avant d'être chair, est un être spirituel. Aujourd'hui, je travaille sur le thème du Voyageur. Je ne vois pas le voyage dans le mouvement d'aller et de venir. En ce qui me concerne, ce sont les préparatifs pour effectuer ce voyage qui m’intéressent.

Comment je prépare mon voyage? On le prépare de façon spirituelle en s'assurant comment on part, quand et comment on y arrive. Pour moi, ce sont des préalables. Dans mes œuvres, vous verrez ces différentes étapes autour des préparatifs psychologiques, morales et spirituelles avant le voyage, je veux dire le départ.

Pour revenir sur le sentiment que suscite cet engouement pour l’art contemporain du continent en Europe et en Amérique, je dirais que nous avons la matière et la création. Tout commence ici depuis le début de l'humanité. C’est normal qu’à un moment donné, cet art puisse intéresser d’autres peuples. Mais, pour ce qui est du marché, nous devons le développer par nos propres investissements. C'est une question de mentalité. Nous avons l'art chez nous, comment le marchander est ce qui doit nous guider. Il faut que nous commencions à acheter les œuvres de nos artistes et encourager ceux-ci dans la création. Cela se fait certes sur le marché de l'art en Côte d'Ivoire mais, nous devons nous impliquer davantage.

L'art, c'est une vie. Etant acteurs, nous éduquons à travers nos créations. Il faut pouvoir vivre de notre art ici avant tout. Certains y parviennent mais, ce n'est pas facile dans l'ensemble. Beaucoup de personnes peuvent soutenir l'art. Car, ces œuvres qui partent, ne nous appartiennent plus. Aussi, pour éviter ce qui se passe au niveau de l’art ancien qui est hors du continent, je lance un appel afin que nos collectionneurs s'investissent pour mener avec nous ce combat qui est de nous approprier notre art.

Propos recueillis par Koné Seydou