0

Entretien| Traoré-Anzoumana-Wilfried

Accuiel / Article / Entretien| Traoré-Anzoumana-Wilfried
Entretien| Traoré-Anzoumana-Wilfried

Entretien| Traoré-Anzoumana-Wilfried

Entretien avec Traoré Anzoumana Wilfried:

‘’Il y a dans mes œuvres un geste écologique’’

Traore. C’est sa signature. Se présente comme un artiste en devenir. Pas encore artiste, selon ses dires. Après l’obtention du baccalauréat, Traoré Anzoumana Wilfried à l’état civil intègre en 2013 l’Institut Nationale Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle (INSAAC). Il y étudie cinq ans durant et obtient un Master 2, option Art Plastique
Depuis, le jeune plasticien se fraie son chemin parmi les siens. Avec une technique constituée; de cannettes découpées et agrafées sur du contreplaqué. A voir ses travaux finis on est subjugué par son talent à la fois de dessinateur et de compositeur. Un atout qu’il met à profit pour s’insurger en défenseur d’un environnement sain. Notamment le monde aquatique. Un monde, qui comme le fait remarquer Jacques Attali, où a commencé la vie sur terre. Et qui cependant peut être, si on n’y prend garde, là où elle s’achèvera. Entretien !

Les cannettes récupérées çà et là sont une matière de base dans votre création plastique. Comment êtes-vous venue l’idée de ce matériau?

Cette idée m’est venue en Licence 2. Je travaillais sur différents thèmes en atelier avec mon professeur de peinture. J’avais décidé de travailler sur les ordures et bien d’autres thèmes. Finalement le professeur m’a suggéré de me concentrer sur le thème des ordures, c’est ce que j’ai fait. Par ailleurs à partir de la quatrième année, ne pouvant pas représenter tout ce que je trouvais dans les ordures, il m’a demandé de faire un choix, en tirant un élément spécifique de ces ordures; de sortes à l’exploiter convenablement. C’est dans cette perspective que plus tard, de retour d’une balade au Plateau, j’ai observé un tas d’ordures en bordure de la lagune Ébrié. Cannettes, bidons, sachets, etc. Ce qui a attiré mon attention dans cette scène, c’est la riche gamme chromatique que donnait la superposition des cannettes sur l’eau. Cependant, la présence de ces cannettes qui devraient trouver leur place dans une poubelle, se retrouve là, flottant et dérivant sur l’eau fut pour moi une préoccupation. Car il se posait un problème de pollution de l’environnement, qui par conséquence était une menace pour les espèces halieutiques. J’ai donc fait un lien entre les cannettes et ces espèces menacées. De retour en atelier, j’ai reformulé mon thème. Mais, l’exploitation de cette thématique était pour moi une préoccupation majeure. Avec l’appui et les encouragements de mes maitres Assié Romaric et Konan Pascal qui m’ont motivé, parce qu’ils trouvaient une force dans ce que je faisais, j’ai pu produire un, deux, trois et plusieurs tableaux.

Cannettes et espèces halieutiques, y a-t-il un souci écologique et environnemental dans ce que vous produisez ?
Il y a effectivement un souci écologique. La pollution est partout dans nos rues à travers les ordures qui mettent à mal la population. Faire du recyclage est un acte écologique. On arrive à assainir l’environnement. Au-delà du fait que je représente le monde aquatique dans mes œuvres, il y a un geste qui peut amener à une prise de conscience à travers les admirateurs de mes pièces sur cet aspect écologique qui est une vraie menace.

Vainqueur en 2019 du Concours de peinture initié par le Conseil du Café Cacao, comment percevez-vous l’évolution dans votre création ?
Depuis le concours de la Journée nationale du Café Cacao, j’ai continué à améliorer mon travail. Tout en me basant sur les critiques autour de moi et venant de certains aînés plasticiens.

Croquis, découpe, composition, assemblage, fait transparaître un minutieux travail. Après combien de jours de labeur, une œuvre est-elle signée Traoré ?
Tout dépend du format. Je travaille sur du contreplaqué sur lequel je compose des cannettes découpées et tenues par des milliers d’agrafes. Des œuvres peuvent achevées après deux, trois semaines, voire un ou deux mois. L’œuvre réalisée lors de la Journée nationale du Café Cacao a été achevée, avec exploit, en une semaine (120 x100 cm).



Réalisé par KS

Lire la suite . . .